Présentation de la ville de Cotonou

Situation économique

Les activités économiques exercées dans la ville de Cotonou relèvent surtout du secteur tertiaire, tel que le commerce et les services, qui sont appuyées par quelques industries manufacturières. Quant aux activités  agricoles, elles n’occupent qu’une petite frange de la population qui pratique le maraîchage, soit 80% des actifs agricoles.
L’artisanat et le commerce constituent la base de l’économie locale de la municipalité, du fait de la présence de grands opérateurs économiques.

Potentialité

FORCESOPPORTUNITÉS
- Existence du marché international Dantokpa, des marchés secondaires et des superettes, boutiques et magasins de stockage
- Forte demande des produits et services
- Possibilité du commerce de proximité et facilité d'accès aux produits de premières nécessités
- Existence de plusieurs corps de métiers
- Existence de mécanismes d'appui pour la formation et le perfectionnement des artisans
- Proximité des villes à grandes potentialités touristiques
- Forte fréquentation des touristes
- Disponibilité et bonne répartition géographique des hôtels et motels de différents standings
- Les prévisions du PAG
- Disponibilité d’espace pouvant abriter les marchés secondaires
- Cotonou : centre d'affaires et densité de la population
- Proximité du Nigéria qui est un grand marché de consommation

Tranche d'âge

La pyramide des âges de la population de Cotonou se présente sous forme d’un entonnoir renversé à double base (figure 13) caractéristique d’une fécondité relativement élevée et reflétant les caractéristiques d’une population jeune des pays en développement. La répartition par âge de cette population révèle que la population cotonoise est extrêmement jeune (57,7% de personnes âgées de 15-64ans). Ce qui constitue une main-d’œuvre abondante pour la commune.

Historique de la ville de Cotonou

La ville de Cotonou a été créée en 1830 sur initiative du Roi Guézo, illustre roi d’Abomey. Selon l’une des légendes, son nom initial est «Kutonou», signifiant «la lagune de la mort», en raison du rôle de carrefour que la ville a joué dans le trafic des esclaves.
A la fin du 19ème siècle, Cotonou s’est développé à partir de quelques villages de pêcheurs situés à l’Est et à l’Ouest de la lagune. En 1888, le territoire de la ville a été cédé à la France par le Roi d’Abomey, ce qui eut pour effet l’accélération de son développement.
A partir du noyau originel des Toffins, la ville de Cotonou s’est progressivement enrichie de toutes les ethnies du Bénin. Certains quartiers en portent aujourd’hui la marque. Ainsi, Guincomey signifie « sur la terre des populations Guin », venues de Grand-Popo et d’Agoué pour participer à la construction du Wharf de Cotonou. De même, Xwlacodji désigne la terre des Xwla.
Actuellement, Cotonou est devenu une ville représentative du Bénin et sa croissance accélérée est en train de donner naissance à une vaste région urbaine allant de Porto-Novo (à l’Est) jusqu’à Ouidah (à l’Ouest) et Abomey-Calavi (au Nord). C’est cette conurbation qui est désignée aujourd’hui par le « Grand Nokoué ».